Comment réussir son année à la fac ?

Comment pouvez-vous réussir à retourner à l’université dans le contexte actuel ? Le début de l’école approche très vite et pour beaucoup d’entre vous un nouveau chapitre s’ouvrira : celui de votre entrée à l’Université ! Très loin du mode de fonctionnement de l’école secondaire, la première année à l’Université peut parfois sembler décourageant ou propice à l’abandon scolaire. Afin de vous accompagner au mieux dans cette transition, plusieurs étudiants ont répondu à toutes les questions qui peuvent être posées à l’approche de son année académique ! Tous nos conseils sont à trouver ici.

A lire également : Qui peut m'aider à financer mes études ?

7 min Par Solène Trevidic Temps de lecture :

A voir aussi : Comment devenir un bon étudiant ?

Avant de découvrir l’article, nous rappelons que nous avons créé un service pour relier les élèves du secondaire et les élèves. Si vous avez des questions, vous pouvez les poser directement à un étudiant via Objectif Mutual Aide (si vous revenez à PASS ou LAS, médecine ou santé, c’est ici !)

Plan de l'article

Organiser et retourner à l’université avec succès

1/ Est-il possible de se préparer en amont ? Est-il nécessaire d’avancer pendant l’été ?

À l’approche de l’année scolaire, beaucoup se demandent s’ils ne devraient pas anticiper leurs débuts à l’université, mais ne savent pas vraiment comment le faire ou si cela serait productif. Pour Bérangère Poncet, Président de l’Association Générale des Etudiants de Paris (AGEP), « Cela dépendra fortement du profil de chaque élève. Certains n’auront pas besoin de se préparer en amont pour revenir dans le bain, tandis que d’autres préféreront prendre un pas en avant pour se rassurer. Cela dépend également du programme choisi. Là, après 6 mois de Cependant, il me semble particulièrement nécessaire pour les étudiants de planifier une courte période de préparation. » Pour Mathilde Polsinelli, étudiante à l’Université de Bordeaux, il est néanmoins important de ne pas mettre trop de pression sur elle. Le stress pour cela. Certains cours sont très denses, il n’est pas nécessaire de submerger tout travail avant de commencer une année d’études. » Comme le rappelle le président de l’AGEP, de nombreuses universités mettront en place des cours de recyclage et des cours de tutorat dès le début de l’année scolaire. « Si un étudiant veut vraiment aller de l’avant, je lui conseille de trouver quelques lectures durant l’été. Ces derniers ne sont jamais superficiels. Il est également important d’anticiper les cours futurs, de bien connaître ce qui sera attendu, de regarder ce qui sera précisément des cours, puis de chercher des informations sur Internet. Enfin, il est possible de contacter des étudiants de niveau supérieur afin de leur poser toutes les questions. Les lectures ne sont jamais superficielles », ajoute-t-elle enfin.

Pour rester informé, suivez-nous sur Instagram et Facebook !

2/ Dans quel état d’esprit devrais-je comprendre mon retour à l’université ?

« Tu dois t’accrocher ! Ce n’est pas facile de retourner à l’université. Nous ne devons pas oublier que c’est pour vous-même que nous allons à l’université. Les efforts que nous faisons et les cours que nous suivons sont pour nous. Donc, bien sûr, nous n’apprécierons pas tous ses cours, mais la communauté universitaire est vraiment enrichissante. C’est une expérience incroyable et une chance », explique l’Association Générale des Etudiants de Paris. Mon sens, mon attention, dès le début de l’année académique, sur la maîtrise de la méthodologie attendue et des attentes des professeurs. De même, j’invite les néo-célibataires à montrer leur organisation. Cela peut vraiment aider à l’université : faire des programmes de révision, se donner des créneaux hebdomadaires pour préparer telle ou telle session de tutoriel etc… » ajoute Adam Malek, étudiant à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. « Les étudiants doivent être très autonomes et indépendants rapidement. Les enseignants suivent très peu sur le travail de l’autre. Il est donc nécessaire de commencer à travailler régulièrement au début de la année. La préparation de la TD est essentielle pour travailler sur la méthodologie et apprendre peu à peu son cours », confirme enfin Mathilde Polsinelli.

3/ Que se passe-t-il si je ne suis pas sûr du chemin que j’ai choisi ? Si je pense et ont déjà été confondus sur moi ?

Ouvert à tous, l’université accueille chaque année plus de 1 500 000 étudiants. Néanmoins, de nombreux étudiants viennent à l’université dès leur première année sans vraiment savoir ce qu’ils veulent faire ou sans être sûrs d’avoir fait le bon choix. » Je ne pense pas qu’on devrait s’arrêter aux préjugés que tu peux avoir à propos de l’entraînement. Vous ne devez pas quitter le défaitiste lorsque vous suivez une formation que nous n’avons pas choisie. Elle peut également ouvrir des portes qui n’avaient pas été envisagées », a déclaré le Président de l’AGEP.

Pour réussir votre retour à l’université : découvrez les conseils de Victoria !

4/ Comment puis-je me préparer à la transition entre l’école secondaire et l’université ?

La transition entre l’école secondaire et les études supérieures peut parfois impressionner. En réalité, cela se fait généralement tout naturellement et dépendra avant tout de vous. » Certains ne ressentiront pas de changement, d’autres seront d’autant plus épanouis par la transition vers la vie universitaire, tandis que d’autres pourraient finir par être totalement perdus. Je pense que l’admission à l’université ne doit pas être comprise comme un changement de paradigme total au risque d’en faire une véritable voie à surmonter, voire insurmontable. Il faut bien sûr comprendre que l’admission à l’université exige plus de rigueur dans le travail ou, à tout le moins, plus d’autonomie dans l’organisation de son travail. Pour gérer la transition, je dirais que nous devons considérer le passage à l’université comme un cadeau : celui d’une certaine liberté dans l’organisation de son emploi du temps et de son travail. Mais en retour, il faut aussi l’appréhender avec sérieux », conseille Adam Malek. « Tout le monde le fait donc vous ne devriez pas le voir comme quelque chose d’insurmontable ! La transition est facilitée que nous ne le pensons. De l’école secondaire, nous nous préparons mentalement à mener une nouvelle vie après l’obtention du diplôme. Néanmoins, vous ne devriez pas verrouiller mais plutôt essayer les choses. L’université offre un large éventail de possibilités. Il n’est pas nécessaire de s’arrêter à sa formation. L’engagement associatif et sportif apporte vraiment plus de choses et vous permet de vivre vos études d’une manière différente », ajoute Bérangère Poncet, Président de l’Association Générale des Etudiants de Paris.

5/ Que faire si vous commencez l’année avec des difficultés ? Est-il possible de rattraper le retard après un premier semestre compliqué de l’année ?

Il n’est jamais facile de se rendre à l’université, d’anticiper vos partiels, de faire des devoirs à domicile, de gérer des cours facultatifs et de la vie étudiante. Selon le Président de l’AGEP, cependant, « un étudiant qui aurait de la difficulté à entrer dans le bain au début de l’année ne, cependant, signez son échec. Dans le contexte actuel, cependant, il faudra trouver plus de motivation pour réussir et non pour gagner. » Au contraire, « le surmenage depuis le début de l’année n’est pas non plus un signe de succès. D’abord et avant tout (et si ce n’est pas déjà le cas) apprendre à se connaître face à la quantité de travail que nous devons faire et étudier en conséquence », explique Adam Malek, étudiant à Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Cela dépendra également de la formation et des programmes d’études. « Dans certains cours, les semestres se compensent les uns pour les autres tandis que dans d’autres ne le font pas. Parfois, une certaine UE doit être validée pour valider son année. La première année est souvent propice à l’apprentissage des bases d’un domaine (droit, médecine…). Il est donc crucial de ne rien manquer au début de l’année d’autant plus que les formations vont habituellement crescendo donc nous devons vraiment nous donner les moyens de réussir. C’est aussi pourquoi il est très important d’en savoir plus sur votre formation en détail avant retour à l’école », se souvient Bérangère Poncet.

Découvrez aussi : le classement des universités Thotis en 2020

Le classement Thotis des universités françaises en 2020

Assister à des cours, trouver des méthodes de travail et comprendre les attentes de ses enseignants

1/ Est-il essentiel d’assister à toutes ses conférences au cours de la première année ?

Selon l’Association Générale des Etudiants de Paris, « il n’y a pas de réponse universelle. Je pense bien sûr qu’il est très important de suivre ses conférences. Cela dépend grandement de l’organisation de la formation. Certains cours offrent une plus grande souplesse parce qu’ils prévoient nécessairement la possibilité de reprendre d’autres cours ou de rattraper ceux qui auraient été manqués. Néanmoins, assister et écouter pendant les conférences change beaucoup. La lecture du cours sur un document Word ne permettra pas la même mémorisation. Si nous allons en classe et si nous sommes très attentifs, environ 60% du travail est déjà fait ! Pour Adam Malek, cela dépend aussi du fonctionnement de l’étudiant. « Certains apprennent mieux en écoutant et en transcrivant le cours sur papier. D’autres enregistrent plus en regardant le cours. Cependant, la participation aux conférences est évidemment utile puisque tous les enseignants ne mettent pas leurs cours à la disposition des étudiants. 
De plus, ne pas aller en classe, il est exposé au double risque de ne pas être en mesure d’obtenir la prise de notes d’autrui ou une prise de notes erronée, de colis. Enfin, même si la participation aux conférences n’est pas une condition sine qua aucune condition préalable pour passer les examens, je chercherais davantage cette solution de sécurité », explique-t-il.

2/ De nombreux cours seront éloignés du début de l’école, comment éviter l’abandon ?

Alors que la pandémie recommence à se répandre, les universités et les étudiants devront relever le nouveau défi de travailler à domicile. Du suivi des cours à la construction un espace de travail productif, vous devrez vous habituer à travailler en ligne à distance. Pour ce faire, vous aurez plus que jamais besoin de motivation, de rigueur et d’organisation. « Préparez les exercices donnés par les enseignants, assistez à des vidéoconférences, et y participez réellement », explique Mathilde Polsinelli, étudiante à l’Université de Bordeaux : « De plus, cela peut sembler simple, mais il faut activer sa caméra pour que le professeur voie vos visages. Pendant les cours de vidéoconférence, de nombreux élèves bloquent leurs caméras et voient l’enseignant, mais il ne les voit pas. Au-delà du fait qu’il n’est pas très respectueux, c’est aussi la porte ouverte à la déconcentration. Nous pensons que nous pouvons regarder votre téléphone plus facilement, faire autre chose pendant que l’enseignant parle, etc. Alors qu’avec son appareil photo allumé, vous n’avez plus envie d’être impliqué dans le cours. Et surtout, n’hésitez pas à poser des questions. Même si la logistique est un peu plus compliquée avec le système de vidéoconférence, elle doit être interactive comme à la faculté », nous conseille enfin. L’engagement dans sa vie étudiante, même à distance, est donc crucial. Retrouvez-vous à « Vous devez aussi éteindre votre téléphone, couper tout ce qui peut vous distraire », ajoute le président de l’AGEP. « Restez concentré sur les cours et essayez d’être aussi imperméable que possible aux changements dans les modalités d’enseignement.
 Je sais que cela peut être facile à dire et plus difficile à faire, mais être adaptable. Le monde du travail exige ce même travail de flexibilité », conclut Adam Malek.

Découvrez également #décalé : 10 conseils pour manquer votre année !

10 conseils pour manquer votre premier semestre

3/ Est-il préférable de prendre des notes à l’ordinateur ou à la main ?

Avant d’entrer en première année à l’université, les étudiants se demandent souvent quelle solution choisir entre notes manuscrites et notes à l’ordinateur. Alors que les études montrent généralement que l’écriture de notes à la main le rend possible de mémoriser le contenu mieux que de le taper, le choix n’est pas si simple dans la pratique. Il y a des situations où il est préférable de taper vos notes plutôt que de les écrire à la main. Pour Adam Malek, par exemple, « il n’y a pas de réponse correcte. 
J’ai commencé mes études en prenant les cours à la main et les ai terminées en les prenant de l’ordinateur. Je n’ai ressenti aucune différence réelle dans mon apprentissage, sauf qu’un cours suivi à l’ordinateur est plus facile à relire lorsque vous écrivez mal comme moi. » « Cela dépend vraiment de chaque individu. Nous devons tester les deux et voir ce qui fonctionne le mieux. C’est ce que j’ai fait personnellement ! confirme le Président de l’AGEP.

4/ Est-il recommandé de faire des draps ? Ou est-ce plutôt une perte de temps ?

Rappelez-vous : la bonne méthode est celle qui conviendra le mieux. Si vous ne savez pas encore quelles méthodes fonctionnent le mieux, commencez et essayez. Les fiches d’information sont généralement un très bon moyen de résumer les cours qui sont souvent très denses à à l’université. En outre, ils permettent de réorganiser son cours, de soulever des points qui peuvent ne pas être clairs ou d’effectuer un premier travail de mémorisation. Néanmoins, « pour que les fiches d’information soient utiles, elles doivent être efficaces. Il s’agit de feuilles de synthèse qui reflètent les points essentiels du cours, les concepts importants. Cela ne devrait pas être une paraphrase du cours. Cela doit donc être réalisé si nous savons être concis et synthétique », explique Mathilde Polsinelli.

4/ Quelles sont, selon vous, les méthodes de travail les plus efficaces ?

« La chose la plus efficace est d’aller en classe. Une fois le cours terminé, soit le même soir, soit les jours suivants, reliez le cours et faites des cartes et relisez-les toutes les deux ou trois semaines. Après cela, est arrivé aux révisions, la majorité du travail est fait ! « Le Président de l’AGEP explique tout d’abord. « Certaines matières de certains programmes d’études nécessiteront également l’apprentissage de cas cliniques ou de pratique. Une formation sera donc nécessaire. Être curieux et chercher à enrichir sa culture générale peut enfin être important dans certaines formations », ajoute-t-elle. Pour Adam Malek, il est également important de « mettre en place un horaire hebdomadaire typique et de s’y tenir. Les conférences de couplage avec la préparation TD peuvent aussi être une bonne méthode. » En bref, soyez un joueur dans votre propre succès. N’attendez pas que les partiels avant de vous revoir ou de vous organiser !

5/ Quels sont les profils les plus réussis à l’université ?

« Il n’y a pas de profil typique ou spécifique. Il y a des gens qui peuvent être très bons au lycée et avoir des difficultés à l’université. Au contraire, certains se révèlent une fois à l’université tandis que d’autres se concentreront sur leurs études mais s’enferment. Est-ce qu’ils auront tout réussi ? Pas nécessairement », rappelle le Président de l’AGEP : « Dans la faculté de droit, les étudiants qui réussissent le mieux travaillent régulièrement, mais aussi avec intelligence. ils/elles ne sont pas Les élèves « scolaires », ils savent comment prendre du recul et de la hauteur par rapport à leurs cours, ils apprennent sur d’autres sujets, s’intéressent aux nouvelles », explique Mathilde Polsinelli. Pour Adam Malek, en attendant, le secret et réussir à comprendre rapidement les attentes de ses professeurs.

6/ Avez-vous un petit tour personnel pour obtenir de meilleures notes ?

« Pour ma part, je conseille vraiment aux étudiants arrivant à l’université d’essayer de combiner le contenu du cours avec des connaissances supplémentaires ou complémentaires afin de distinguer sa copie de celle des autres », explique Adam Malek, président de la Clinique juridique de La Sorbonne. L’Association Générale des Etudiants de Paris met également l’accent sur la proactivité et la curiosité. Son président conseille donc « d’anticiper d’avoir de bonnes notes et de chercher toujours à aller plus loin. La curiosité n’a jamais tué personne. Il peut également être bon de croiser vos informations avec vos camarades ou d’autres classes. »

Tous nos conseils pour réussir peuvent être trouvés sur notre page Conseils :

Conseils Thotis

Intégration bien pour réussir votre année à l’université

1/ Comment concilier vie étudiante et vie académique ?

Les études sont au cœur de la vie d’un étudiant, mais il faut savoir comment garder une vie sociale. « Ne vous arrêtez pas ou ne commencez pas à faire du sport, voir des amis régulièrement, faire quelques nuits d’étudiants, mais pas jusqu’à épuisement, savez comment définir un moment où vous arrêtez de travailler pour regarder un film, lire un livre, aller boire un verre. Il est nécessaire de trouver le juste équilibre pour ne pas se sentir dépassés par ses études et imploser », explique Mathilde Polsinelli. « C’est l’organisation de la vie étudiante. Si vous voulez faire plusieurs choses dans la semaine, vous devez organiser. Avec l’organisation, il est tout à fait possible de combiner la vie étudiante, l’emploi, les leçons et les sorties » dit l’AGEP : « La vie étudiante n’est pas nécessairement synonyme de manque de sérieux. Au contraire, participer à la vie universitaire peut être une véritable force motrice pour un étudiant », ajoute Adam Malek.

2/ Est-il recommandé de travailler en groupe à l’université ? Pour s’entraider ?

« Je pense que travailler en groupe est une très bonne solution. Il est toujours bon de confronter ou de partager des idées parce que cela fait émerger les autres. J’y suis donc favorable, mais nous devons être actifs et non passifs », déclare l’Association Générale des Etudiants de Paris. Cette opinion est également partagée par Mathilde Polsinelli, étudiante à l’Université de Bordeaux. Selon elle, « il est très utile de travailler en groupe pour se confronter aux points de vue de l’autre et apprendre des autres. Les étudiants peuvent former des groupes de travail auxquels ils se référeront au cours du semestre ou de l’année, ce qui leur permettra de discuter des cours, voire d’en discuter avec d’autres personnes, le cas échéant. Ils seront également en mesure de s’interroger les uns les autres, éventuellement corriger eux – mêmes, si nécessaire, se rendent compte qu’ils n’ont peut-être pas compris la même chose sur la même partie du cours. Il est également utile de se former avec d’autres sur des sujets d’examen, de confronter ses plans. Travailler en groupe contribue à l’amélioration », conclut-elle.

3/ Quelles sont les erreurs à ne pas faire en arrivant à l’université ?

Selon l’Association Générale des Etudiants de Paris, il est important d’adopter un bon état d’esprit et de ne fermer aucune porte. » Ne pas s’ouvrir à toutes les possibilités que la vie étudiante peut offrir serait une véritable erreur. Nous ne devons pas non plus oublier pourquoi nous sommes ici et que nous faisons les choses pour soi-même », a déclaré Bérangère Poncet : « En arrivant à l’université, il est important de ne rien tenir pour acquis. Vous devez fixer des objectifs régulièrement, apprendre des erreurs et des mauvaises notes, et ne pas baisser les bras, même si les études sont longues et compliquées », ajoute Mathilde Polsinelli. En bref, l’université peut représenter un long voyage juste comme les années les plus incroyables de votre vie. C’est à vous de décider ce que ce sera. Évitez ces erreurs et vous aurez beaucoup plus de chances d’avoir une expérience merveilleuse.

4/ Comment s’épanouir à l’université au moment de l’éloignement social ?

Pour la plupart des universités, les différents événements et présentations de rentrée scolaire seront maintenus dès que possible conformément aux règles ! Comme conseillé par l’Association Générale des Etudiants de Paris, il est donc nécessaire « de participer à des événements et d’être très attentif. Suivez votre association réseau, lisez attentivement tous vos e-mails, soyez réactif et informez-vous. Il va falloir aller pour lui-même ». De plus, « il y a souvent des groupes Facebook pour les promotions ! Nous ne devons pas hésiter à les rejoindre et à poser des questions », ajoute Adam Malek, président de La Clinique Juridiale de la Sorbonne.

Du ferry à Harvard, découvrez le itinéraire :

D’un baccalauréat sans mention à l’Université Harvard, Alexia raconte !

ARTICLES LIÉS