Infirmière puéricultrice, un métier passion

Dans le secteur de la santé, il existe une multitude de professions, dont celle d’infirmière puéricultrice. Ce métier est exercé en très grande majorité par les femmes. Comme le laisse penser son titre, ce type d’infirmière est une spécialiste des soins de la petite enfance. Elle est appelée à accomplir bien des missions dans l’exercice de son activité. De façon générale, ce métier est une passion pour celles qui le choisissent. Il est tout indiqué aux personnes qui voudraient travailler au contact et au service des tout-petits. Il existe de nombreuses informations à connaître avant de se lancer dans la profession d’infirmière puéricultrice !

Le rôle d’une infirmière puéricultrice au quotidien

L’infirmière puéricultrice est une professionnelle de la santé dont l’activité consiste à assurer la santé et le bien-être des enfants en bas âge. Son rôle comprend, entre autres, la dispensation de soins aux tout-petits. Au quotidien, elle est amenée à effectuer des actes médicaux suivant les prescriptions d’un médecin. Par exemple, elle donne des médicaments aux nouveau-nés et leur administre des injections. Elle pose aussi des pansements et peut effectuer des prises de sang en vue d’analyses médicales.

A lire également : Comment réussir son année à la fac ?

Dans certains cas, l’infirmière puéricultrice prodigue des soins à des bébés nés prématurément. Elle est donc censée maîtriser les gestes techniques à réaliser. La professionnelle suit le développement physique et psychologique des enfants sous sa responsabilité. Dans cette logique, elle relève régulièrement des données relatives au poids et à la taille du tout-petit. Elle mise sur son sens de l’observation pour évaluer l’évolution de ce dernier. Elle est en mesure de détecter un retard psychomoteur et d’autres troubles.

Grâce à ses connaissances, l’infirmière spécialiste en puériculture donne des conseils aux parents pour prendre soin de leur bébé. Elle donne aux jeunes mamans des astuces pour surmonter les difficultés qu’elles rencontreraient pendant l’allaitement. Cette spécialiste des soins à l’endroit des tout-petits accomplit des gestes médicaux d’urgence dans certains cas. Son métier rend nécessaire la collaboration avec d’autres professionnels intervenant auprès des enfants, comme les psychomotriciens, les agents de crèche, les assistantes maternelles, etc.

A lire également : Quelles sont les activités qu'une entreprise peut externaliser ?

L’infirmière puéricultrice peut travailler avec des enfants et adolescents qui éprouvent des difficultés en matière d’apprentissage. Elle se rend disponible pour le suivi à domicile afin de garantir la continuité des soins. Précisons qu’une infirmière générale peut devenir infirmière puéricultrice suite à une formation de spécialisation.

Les structures dans lesquelles exercent les infirmières puéricultrices

L’infirmière puéricultrice met ses compétences au service des établissements où peuvent être accueillis les enfants dans les premières années de leur vie. Elle exerce naturellement son activité en milieu hospitalier. On la trouve dans les maternités où elle assure l’accompagnement des enfants et des nouveau-nés. Elle est d’une grande utilité dans une unité de soins intensifs néonatale. Elle a en effet une connaissance précise des besoins particuliers des enfants prématurés.

infirmière puéricultrice

Les compétences d’une infirmière puéricultrice sont aussi demandées au sein du service de chirurgie infantile. La professionnelle travaille également dans les crèches (collectives, familiales, parentales). Elle se met aussi au service des tout-petits dans les pouponnières. Par ailleurs, l’infirmière puéricultrice exerce son activité dans les maisons communales d’accueil de l’enfance. Les structures dédiées aux enfants ayant un handicap recrutent aussi des infirmières spécialisées en puériculture. Dans les établissements scolaires, ces professionnelles sont sollicitées pour apporter un soutien aux enseignants de la maternelle.

Les familles n’hésitent pas non plus à faire appel à des infirmières puéricultrices pour les accompagner dans la promulgation des soins de leurs jeunes enfants, souvent au retour à la maison suite à une hospitalisation. C’est fréquemment le cas lorsqu’il y a une naissance multiple. Peu importe où elles travaillent, ces spécialistes exercent généralement leurs fonctions sous la responsabilité d’une direction médicale.

Les défis auxquels sont confrontées les infirmières puéricultrices

Toute activité dans le cadre hospitalier implique avant tout d’importants enjeux. En l’occurrence, le métier d’infirmière puéricultrice amène la professionnelle à faire face à des contraintes spécifiques. Pour accéder à la profession, l’infirmière générale doit se former à cette fin. Cela signifie qu’il faut disposer de compétences précises pour prendre soin des jeunes enfants. Au cours de son activité, l’infirmière puéricultrice se voit confrontée à bien des situations délicates.

Elle se retrouve parfois dans des cas où des interventions d’urgence s’avèrent nécessaires. Elle doit alors garder sa lucidité afin de prodiguer efficacement les soins qui s’imposent. Tous les gestes que réalise l’infirmière puéricultrice sont techniques et les erreurs ne sont pas permises. La professionnelle doit donc appliquer chaque fois les connaissances qu’elle aura acquises au cours de sa formation. Au nombre des défis auxquels elle est confrontée, il y a la nécessité d’adapter ses horaires de travail aux besoins des enfants.

De manière générale, les activités de puériculture se déroulent très tôt le matin et dans la soirée. Les professionnelles sont censées travailler sur une vaste plage horaire. Par ailleurs, elles sont contraintes de veiller et de travailler de nuit dans certains contextes. Au-delà de la formation technique, elles doivent développer des qualités comme la maîtrise de soi, l’observation, l’organisation, etc. Les infirmières puéricultrices doivent aussi bien s’entendre avec les autres professionnels de la santé intervenant sur les enfants.

L’importance du travail d’infirmière puéricultrice et l’intérêt de le soutenir

Il semble évident que la prise en charge d’un individu dans les premières années de sa vie est essentielle. L’infirmière puéricultrice fait partie du personnel soignant dont les interventions sont incontournables pour la petite enfance. Elle joue un rôle de premier ordre au profit des tout-petits. La professionnelle maîtrise les gestes à appliquer pour dispenser des soins à un être aussi fragile qu’un nouveau-né.

Elle remplit également une mission de prévention. Elle conseille notamment les parents sur des précautions à prendre en matière d’alimentation et d’hygiène. Faisant de leur métier une passion, les infirmières puéricultrices se mettent généralement à l’écoute des nourrices. Leurs connaissances sont nécessaires dans la majorité des services liés à la petite enfance et sont d’autant plus importantes puisque ces infirmières participent au développement de l’enfant sur les plans physique et psychologique.

La plupart du temps, cette professionnelle constate assez tôt des troubles du comportement chez les tout-petits. Elle permet ainsi un accompagnement spécifique en vue de corriger les défauts le plus rapidement possible. Il est nécessaire de soutenir ce métier pour la simple raison qu’il est vital pour les bébés, enfants et adolescents ayant des problèmes de santé particuliers. La spécialisation en puériculture est une manière de le faire.

Comment vous spécialiser en puériculture en tant qu’infirmière ?

Si vous êtes infirmière diplômée d’État (IDE) et envisagez de vous spécialiser dans un domaine, la puériculture est un bon choix. Pour devenir puéricultrice, vous devez passer avec succès un concours et faire votre entrée dans une école spécialisée. Le concours d’entrée dans une école de puériculture comprend :

  • une épreuve écrite d’admissibilité,
  • des tests psychotechniques,
  • une épreuve orale d’admission,
  • un entretien avec le jury.

La préparation au concours est importante pour accroître vos chances d’obtenir un résultat positif. Certains établissements proposent des cours à cette fin. Le métier d’infirmière puéricultrice s’exerce en France avec le diplôme d’État de puériculture (DEP). Outre la profession d’infirmière, vous pouvez accéder au DEP en tant que sage-femme. Pour l’obtenir, vous devez suivre des études qui s’étendent sur 12 mois au moins dans l’école de puériculture agréée dans laquelle vous serez admise.

En plus des cours théoriques et pratiques, vous aurez à suivre un stage pratique ainsi que des travaux dirigés. Le coût de la formation varie d’une école à une autre. Pour finir, le salaire d’une infirmière puéricultrice dépend de son expérience et du service dans lequel elle exerce son métier. En début de carrière, la professionnelle gagne environ 2 000 euros nets par mois.

ARTICLES LIÉS