Quels sont les limites de l’externalisation des ressources humaines ?

Si elle est bien faite, l’externalisation est une opération qui peut améliorer considérablement la vie et les bénéfices d’une entreprise. Toutefois, il convient également de garder à l’esprit qu’il présente des risques importants.

Pour mieux éviter les risques liés à l’externalisation

Lire également : Comment bien accueillir un nouveau collaborateur?

Utilisez des fournisseurs externes tels que ateliers d’entrée (comme sur ce site) peut être un moyen efficace d’optimiser la vie quotidienne et les bénéfices d’une entreprise. Toutefois, pour que cette opération soit couronnée de succès, elle doit toujours être précédée par l’établissement d’une feuille de route qui définira les objectifs de l’externalisation, ses conditions et ses moyens de contrôle, quelle que soit l’activité à externaliser. De même, la gestion de l’activité à sous-traiter doit également être clairement préétablie. L’entreprise devra déterminer avec précision ses domaines d’expertise et ceux du fournisseur. Pour les activités plus stratégiques, une vérification sera souvent nécessaire.

Plus qu’un simple contrat de sous-traitance, l’externalisation doit être basée sur la confiance et le développement durable. Par conséquent, les fournisseurs devront être soigneusement sélectionnés en fonction de plusieurs critères, dont le coût, mais aussi la localisation géographique et le niveau de compétence des prestataires. En outre, il est important qu’une personne dans l’entreprise s’occupe du suivi de l’externalisation. Pour que le processus soit terminé avec succès, un tableau de bord doit également être mis en place.

A lire en complément : Comment fonctionne le chômage partiel ?

Compte tenu de tous ces faits, il est donc essentiel de négocier correctement le contrat d’externalisation et de prévoir toutes ses clauses. Dans le processus d’externalisation, une bonne communication entre l’entreprise et le fournisseur doit être maintenue, notamment en cas de déménagement.

Les différents risques à maîtriser

Un phénomène inévitable qui apporte beaucoup d’avantages significatifs, l’externalisation présente également des risques importants qui doivent être maîtrisés pour que l’opération soit un grand succès. Les principaux risques pour une opération d’externalisation peuvent généralement être classés en 3 types :

— les risques associés au projet lui-même, c’est-à-dire les risques inhérents à l’activité d’externalisation.

— les risques spécifiques tels que la défaillance du prestataire, les risques juridiques liés au contrat, les risques liés au pays fournissant des services (risques politiques, inflation, fluctuation…), les risques de concentration et d’externalisation en chaîne, les risques de non-réversibilité ainsi que la perte de compétences du personnel et difficultés dans le suivi de la performance.

— les risques liés à la gestion de projet, y compris :

  • les risques de coûts supplémentaires et de non-respect des délais.
  • Risques liés à la modification du schéma cible.
  • Risques associés à la transition opérationnelle tels que les dysfonctionnements et la dégradation des performances.

Les risques liés aux « ressources humaines », tels que la détérioration du climat social, la dissimulation des représentants du personnel et le choc dû aux obligations de reclassement de certains employés.

en 3 types :

— les risques associés au projet lui-même, c’est-à-dire les risques inhérents à l’activité d’externalisation.

— les risques spécifiques tels que la défaillance du prestataire, les risques juridiques liés au contrat, les risques liés au pays fournissant des services (risques politiques, inflation, fluctuation…), les risques de concentration et d’externalisation en chaîne, les risques de non-réversibilité ainsi que la perte de compétences du personnel et difficultés dans le suivi de la performance.

— les risques liés à la gestion de projet, y compris :

  • les risques de coûts supplémentaires et de non-respect des délais.
  • Risques liés à la modification du schéma cible.
  • Risques associés à la transition opérationnelle tels que les dysfonctionnements et la dégradation des performances.

Les risques liés aux « ressources humaines », tels que la détérioration du climat social, la dissimulation des représentants du personnel et le choc dû aux obligations de reclassement de certains employés.

ARTICLES LIÉS