Tout savoir sur le portage salarial

De multiples raisons poussent les professionnels à opter pour le portage salarial. Il s’agit en réalité d’une solution qui offre aux professionnels la sécurité d’un salarié et la souplesse d’un indépendant. Mais c’est loin d’être le seul avantage du portage salarial.

Si vous cherchiez simplement à démarrer votre activité sans prendre trop de risques, le portage salarial est la solution idéale. Découvrez dans cet article tout ce qu’il faut savoir sur le portage salarial.

A lire en complément : Méthode AORA : optimisez votre productivité avec cette technique efficace

Les critères exigés des personnes pouvant être un salarié porté

Si vous voulez entrer dans ce domaine, il est recommandé d’avoir de nombreuses années d’expertise dans un secteur bien défini, c’est-à-dire avoir une qualification professionnelle de niveau 5. Ainsi, vous serez en mesure de trouver et de négocier avec les clients. Vous pouvez souscrire à Embarq.fr pour profiter des avantages du salariat tout en bénéficiant d’une indépendance professionnelle.

En particulier, une fois que vous aurez réussi à entrer dans le secteur, vous serez amené à effectuer les tâches demandées par les clients et à établir des rapports mensuels pour la société faîtière. Il faut noter que le salaire brut minimum du consultant est estimé à une valeur de 2 517,13 €. Et ce, pour des indemnités et primes pouvant aller jusqu’à 5% des valeurs du chiffre d’affaires.

Lire également : Les formations prisées dans l'univers du business

Les avantages du portage salarial

L’un des principaux avantages de travailler en portage salarial est que, même si vous avez le statut de consultant, vous pourrez bénéficier des avantages sociaux. Tout d’abord, le prestataire peut bénéficier d’une protection sociale complète. La société de portage salarial se chargera donc de faire en sorte que le consultant ait les intérêts d’un cadre comme par exemple le droit au chômage.

savoir sur le portage salarial

Par conséquent, l’autre avantage est que le prestataire de services n’aura pas beaucoup d’autres tâches à accomplir. En effet, le consultant en portage salarial ne sera chargé que d’exécuter les prestations du client. De cette manière, les travaux qui seront fournis par la suite seront de très bonne qualité, ce qui serait également un autre privilège même pour la société de portage.

Bien entendu, lorsque vous travaillez dans le portage social, vous n’aurez pas à vous soucier de l’application des nouvelles méthodes à adopter car vous obtiendrez une assurance responsabilité civile auprès de la société de portage salarial. Ainsi, les propriétaires des risques ne seront que les gestionnaires responsables.

Simulation de portage salarial : comment calculer le salaire du portage ?

Comme nous l’avons vu, le portage salarial présente de nombreux avantages. En tant qu’indépendant, il est possible de bénéficier des avantages du salariat. Cependant, vous savez que vous ne percevez pas l’intégralité du montant facturé au client. Alors comment calculer le salaire en portage salarial ?

La meilleure solution est d’opter pour la simulation de portage salarial. En effet, la société de portage vous propose de faire une simulation directement en ligne pour déterminer votre salaire brut en tant que consultant en portage salarial. Il est question de prendre le montant correspondant aux honoraires facturés à vos clients, avec les prestations sociales. Le salaire brut sert ensuite de base pour le calcul du salaire net.

La société de portage prend en moyenne 5 % à 10 % du chiffre d’affaires. Cela prend en compte la gestion administrative, l’accompagnement, l’assistance juridique, l’accès à un réseau professionnel, la formation et l’assurance responsabilité civile professionnelle.

Ensuite, comme tout travailleur indépendant, vous devrez calculer vos cotisations sociales. Pour un consultant en portage, il s’agit de charges salariales. Enfin, certains freelances ont des frais de fonctionnement comme les frais de prospection, l’achat de fournitures, la location de matériel, etc. Par ailleurs, des frais de mission sont à déduire. Ils couvrent l’ensemble des frais de déplacement, d’hébergement et de restauration.

Les obligations légales pour le salarié porté et l’entreprise de portage salarial

Le portage salarial est une pratique de plus en plus courante pour les travailleurs indépendants, mais il faut respecter certaines obligations légales pour éviter tout problème. Que ce soit pour le salarié porté ou l’entreprise de portage, il y a des règles à suivre.

En premier lieu, la société de portage doit être immatriculée au registre du commerce et des sociétés (RCS) ou au répertoire des métiers (RM). Elle doit aussi justifier d’une garantie financière auprès d’un organisme agréé par le ministère du Travail. Cette garantie permettra notamment aux clients qui ont recours aux services de la société de s’assurer que celle-ci a bien souscrit une assurance responsabilité civile professionnelle.

D’autre part, le contrat liant le consultant à l’entreprise de portage doit préciser les conditions dans lesquelles sont déterminées la nature et l’étendue des missions ainsi que leur durée prévisible. Les modalités selon lesquelles sont fixées et révisées les conditions financières doivent aussi figurer sur ce contrat.

Concernant ses obligations sociales, le consultant en portage salarial est considéré comme un salarié classique. Il bénéficie donc des mêmes droits : congés payés, protection sociale (maladie-maternité), chômage…

Il faut passer par une société de portage salarial professionnelle et reconnue afin d’établir ces contrats en toute sécurité juridique.

Le portage salarial est un mode de travail qui offre des avantages considérables à tous les acteurs concernés. Mais il faut respecter certaines obligations légales pour éviter tout problème et profiter pleinement des bénéfices que ce statut apporte aux professionnels indépendants.

Les limites et les risques à prendre en compte lors du choix du portage salarial

Le portage salarial est une solution intéressante pour les freelances qui souhaitent exercer leur activité sans les contraintes liées à la création d’entreprise. Il existe des limites et des risques qu’il faut prendre en compte avant de se lancer dans cette pratique.

Le consultant n’est pas totalement libre dans son travail. Effectivement, il doit respecter certaines règles édictées par l’entreprise de portage, notamment en termes de tarification ou encore sur la gestion administrative.

Même si le consultant en portage salarial bénéficie d’une protection sociale identique à celle d’un salarié ‘classique’, sa situation juridique peut être remise en cause par Pôle emploi lorsqu’il souhaite faire valoir ses droits aux allocations chômage.

Les sociétés de portage peuvent facturer des frais administratifs relativement importants (entre 5% et 10% du chiffre d’affaires), ainsi que des commissions sur chaque mission réalisée. Il faut prendre connaissance du contrat signé avec l’entreprise afin d’éviter toutes mauvaises surprises.

Il faut choisir judicieusement son entreprise de portage. La société doit impérativement être immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS), avoir une garantie financière suffisante et proposer un accompagnement personnalisé tout au long du contrat.

Dernier point important : le statut ne permet pas toujours une réelle indépendance professionnelle puisque le consultant doit respecter les directives de l’entreprise de portage.

Le portage salarial, bien qu’étant une pratique intéressante pour certains freelances, n’est pas sans risques. Il faut bien évaluer les missions ainsi que leur durée prévisible avant de se lancer dans cette aventure professionnelle très particulière.

ARTICLES LIÉS