Précarité et création d’entreprise : est-ce compatible ?

En France comme dans de nombreux pays de l’Europe, l’une des causes de la précarité est le chômage. Il constitue un facteur qui limite le pouvoir d’achat, mais aussi le bien-être de nombreux Français. L’entrepreneuriat étant généralement perçu comme une solution au chômage, il nécessite toutefois un apport financier minimum. On se demande alors s’il est envisageable, dans une situation de précarité. La réponse est bien sûr affirmative, car il existe plusieurs aides accessibles dans le cadre de la création d’entreprise.

Les aides pour créer une entreprise lorsqu’on touche le chômage

Les personnes inscrites au pôle emploi, après la perte de leur travail ou qui sont à la recherche d’un poste, perçoivent des allocations auprès de l’institution. Bien qu’elle soit utile pour couvrir quelques besoins, cette aide n’est pas toujours suffisante pour sortir ces dernières de la précarité. Pour cela, des dispositions sont prises par l’État pour les encourager à l’entrepreneuriat. Il s’agit notamment du dispositif d’aide à la création ou à la reprise d’entreprise (ARCE) et de l’aide au retour à l’emploi (ARE).

A lire aussi : Association : quelles démarches pour un déménagement ?

L’aide à la création ou à la reprise d’entreprise (ARCE)

Ce dispositif d’aide à la création d’entreprise vous permet d’utiliser une partie de votre allocation chômage (45 %) pour la création ou la reprise d’une entreprise. Le montant accordé par cette aide est versé aux créateurs d’entreprise en deux phases. La première partie du versement se fait à la date du lancement de votre entreprise. Il faudra alors attendre 6 mois pour percevoir le deuxième versement de l’ARCE.

Ce dispositif permet aussi aux créateurs et repreneurs d’entreprise de bénéficier :

Lire également : Comment évaluer les compétences managériales ?

  • d’une exonération des charges fiscales pendant un an,
  • de conseils pour la création et la gestion de l’entreprise,
  • d’un accompagnement pour bénéficier des prêts après des institutions bancaires.

Il est à préciser que le second versement ne sera envoyé que si votre entreprise est toujours en activité.

dispositif d'aide à la création entreprise

L’aide au retour à l’emploi (ARE)

À l’instar de l’ARCE, ce dispositif est aussi consacré aux personnes qui touchent une allocation chômage. Il aide ces dernières à avoir une trésorerie suffisante pour faire face aux paiements des salaires et aux règlements des cotisations sociales. En effet, lorsqu’une entreprise vient de naitre, il n’est pas toujours évident qu’elle génère assez de revenus pour faire face à toutes ces obligations. La plupart des autoentrepreneurs ont alors recours à l’ARE pour faire survivre leur activité.

Ce dispositif permet à ceux qui en bénéficient de maintenir leurs allocations chômage, pour les cumuler avec les revenus de leurs entreprises. Toutefois, pour bénéficier de cet accompagnement, les demandeurs doivent respecter certaines conditions, notamment :

  • être inscrit au pôle emploi, comme demandeur d’emploi,
  • percevoir des revenus d’une nouvelle entreprise, en dessous du seuil établi,
  • avoir une activité de 6 mois d’ancienneté durant les 2 premières années après la rupture du contrat de travail.

Pour bénéficier de cette aide, les demandeurs ne doivent plus solliciter le versement des allocations sous forme de capital que propose l’ARCE. Il est toutefois à préciser que l’accès à l’un comme à l’autre de ces dispositifs est possible après quelques formalités administratives. Vous pouvez donc vous renseigner sur les conditions et particularités de chacun d’eux avant de vous lancer.

Création d’entreprise, RSA et prime d’activité

D’autres aides auxquelles vous pouvez prétendre pour créer votre entreprise même sans grande capacité financière sont le RSA et la prime d’activité. Le RSA, encore appelé revenu de solidarité active, est un dispositif d’aide aux personnes qui n’ont pas de ressources financières. Il permet de leur assurer un niveau de revenu minimum et son montant varie en fonction de la composition du foyer. Lorsque vous en êtes bénéficiaire, vous pouvez demander son maintien lorsque vous lancez une nouvelle activité, dont les revenus sont insuffisants pour subvenir aux besoins du foyer.

Le calcul du montant forfaitaire du RSA se fait par trimestre, en fonction de l’évolution de votre situation. Il s’agit alors de déclarer à la caisse d’allocation familiale (CAF) tout changement lié à votre niveau de revenu.

La prime d’activité quant à elle est une aide financière dont le but est d’encourager les créateurs d’entreprise et de soutenir les travailleurs avec des revenus modestes. Elle est accordée au même titre aux travailleurs indépendants qu’aux salariés. Son calcul débute alors dès la fin du 6e mois de votre activité et se fait tous les 3 mois. Il se fait en fonction de votre DTR (déclaration trimestrielle de la situation et des ressources). Cette aide est également accessible auprès de la caisse d’allocations familiales. Celle-ci propose d’ailleurs un simulateur pour vous permettre d’avoir une idée du montant que vous percevrez, en fonction de vos revenus.

Les femmes peuvent obtenir des aides spéciales pour créer une entreprise

La promotion de l’égalité des sexes prend de plus en plus d’ampleur dans certains domaines et secteurs d’activité. Même si ce concept est accepté par la majorité, il est évident qu’en pratique, on ne le remarque pas vraiment dans tous les secteurs. Pour ce qui est du monde entrepreneurial par exemple, l’égalité homme-femme promue n’est toujours pas atteinte, car les femmes ont plus de difficultés à accéder aux prêts bancaires. Il existe toutefois des dispositifs qui essaient de remédier à cela, notamment la Garantie Égalité Femmes.

Autrefois nommée Fonds de Garantie à l’Initiative des Femmes (FGIF), la Garantie Égalité Femme est un dispositif qui facilite l’accès aux prêts bancaires aux femmes entrepreneures. Elle leur offre un système de garantie qui leur permet de ne pas se porter caution, pour leur entreprise, auprès de la banque.

Ce dispositif a la capacité de couvrir 80 % du montant prêté au niveau de la banque, à condition qu’il soit inférieur ou égal à 50 000 euros. Le délai maximum pour le rembourser est alors établi sur 7 ans. Son coût pour l’entreprise est fixé à 2,5 % de la somme totale garantie. Celle-ci doit d’ailleurs être consacrée au financement de l’entreprise, ainsi qu’aux besoins en fonds de roulement (BFR) de votre activité. Pour bénéficier de cet appui, vous pouvez vous tourner vers l’association France Active dont le réseau est présent dans plusieurs régions de la France.

En dehors de cette aide, vous pouvez bénéficier de celle du Réseau Entreprendre qui apporte son appui aussi bien aux hommes qu’aux femmes. Ces dernières peuvent bénéficier de deux aides importantes à travers le programme Wom’Energy. Il s’agit d’un prêt d’honneur, d’un montant variant entre 15 000 et 50 000 euros et d’un accompagnement complet pour la gestion de l’entreprise.

aide création entreprise personnes handicapées

Les aides accordées aux personnes atteintes d’un handicap

Même si votre situation de précarité relève d’un handicap, notez que vous pouvez créer votre propre entreprise. Des dispositifs d’aide à la création d’entreprise ont été mis en place, pour accompagner les personnes en situation de handicap dans leur projet d’entrepreneuriat. Il s’agit notamment de l’aide accordée aux handicapés créateurs ou repreneur d’entreprise, par l’Association de Gestion du Fonds pour l’Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées (AGEFIPH).

Ce dispositif d’aide a pour objectif de contribuer au financement de l’activité des personnes en situation de handicap. Pour cela, il leur accorde une subvention d’un montant fixe de 5000 euros. Cette aide est accessible aussi bien aux personnes au chômage qu’aux salariés démissionnaires, ainsi qu’aux travailleurs en CDD. Il est toutefois à préciser que cet accompagnement exclut certaines activités comme les prestations saisonnières et les activités immobilières.

En dehors de cette aide, vous pouvez bénéficier du crédit solidaire, quel que soit le type de handicap que vous avez. Il suffit que vous présentiez un projet ingénieux pour accéder à ce dispositif qui permet d’obtenir un prêt conséquent pour le lancement de votre projet. Vous pouvez bénéficier d’un accompagnement de l’association pour le droit à l’initiative économique (ADE), dans le cadre de cette aide ou d’un soutien de l’entreprise coopérative de financement solidaire (NEF).

ARTICLES LIÉS